Ca y est, j'ai trouvé du travail ! J'ai eu un entretien dans une clinique semi-privée du Nord de la région et ils m'ont rappelé le lendemain pour me dire que j'étais prise pour un CDD de 3 semaines (peut être renouvelable).

C'est donc avec joie (sisi avec joie!) que je suis partie travailler dès le lendemain de l'appel. J'étais heureusement doublée, c'est à dire qu'une autre sage-femme était avec moi pendant la garde pour me montrer tout l'administratif (les papiers, l'informatique, les services, les sorties,...) et m'aiguiller dans ce nouveau poste.

Une différence majeure par rapport à la métropole est mon accueil : tout le monde se fait la bise (moi y compris), et mine de rien, ça détend direct et ça ouvre au dialogue ! Les transmissions durent beaucoup plus longtemps aussi (genre 45 minutes pour parler de 12 patientes). La clinique est supra moderne, avec des tablettes pour les plans de soins des patients, Matrix est dans la place !

Et puis, la plus grande différence est cette vue du service :

0189c9cb4aaf199b1d38b90f510bd09dce7360810b

Salut la mer ! Salut le ciel bleu !

 

Pour en revenir à ma première garde, elle a été absolument chargée du début à la fin. C'était... attelant ! (et déroutant)

Je suis dans le service des grossesses à haut risque, donc avec des MAP (Menace d'accouchement Prématuré), des diabètiques, des géméllaires, des pré-éclamptiques, les déclenchements,...

Une dame déclenchée pour son diabète s'est mise à contracter comme une balle, ma doublure était partie aidé au bloc tellement c'était le bordel, et je me suis retrouvée devant l'évidence : "je suis dans la merde, je ne sais pas qui appeler". Ca aurait été trop simple si elle avait juste contracter dans sa chambre. Au monito, il y avait de grosses anomalies du rythme foetal et la dame hurlait de douleur. Elle était à 5 cms. Le bloc était toujours plein, pas moyen de la descendre. Et puis 20 minutes plus tard, elle était à 9 cms, toujours dans sa chambre... Elle a fini par descendre et a accouché dans la foulée, avec moi à coté. OKAY.

Quand je suis remontée, 3 gentilles dames attendaient leurs courriers de sortie. Héhé comment vous dire que je ne savais foutrement pas ce que je devais sortir comme courriers de sortie, quoi garder et quoi leur donner... Ma collègue était toujours occupée en bas et m'a dit de les faire patienter.

Et puis, une dame prééclamptique qui n'avait plus aucun signe neuro-sensoriel a commencé son joli HELLP syndrome avec une toute aussi jolie barre épigastrique... Césarienne en urgence, au revoir Madame !

Et puis, du coté des accouchées (la partie du service où une infirmière s'occupent des dames en collaboration avec des puéricultrices pour les nouveaux-nés), une dame ne répondait plus aux stimulations ("Madame, vous m'entendez?", "Zzzz") et a eu un surdosage en morphine lors de sa césarienne le matin. Direction les soins intensifs pour nuit, au revoir Madame !

Et puis, une autre dame césarisée du jour s'est mise à saigner la rage dans son lit. Synto, hémocue et compagnie et direction le bloc pour surveillance, au revoir Madame.

 

Tout ça à 18h30. Autant vous dire que je suis sortie du service à 21h20, soit 2h20 après la fin de ma PREMIERE garde.

Apparemment, c'était une journée exceptionnellement chargée et personne n'avait vraiment déjà vécu cela. Il n'empêche que ça fait grave peur pour la suite.

 

PS: J'ai été doublée cette nuit, et là c'était un service totalement différent, beaucoup beaucoup beaucoup plus calme.

PS2: Justine et Laurine, ici on ne dort pas sur des nattes en bambou, on dort dans la nurserie sur des matelas de 10 cms d'épaisseur, un vrai bonheur !

PS3: Et ce matin, en repartant de ma garde, je n'ai pas pu m'empecher de m'arrêter 2 minutes pour admirer le paysage...

014d096f2279d511d32f2664e544aec0b78e7564a2

01133890d095d1b5699b32ab6d07325d20257088f6