Le tourbillon de la vie - Jeanne Moreau et Vanessa Paradis

C'est leur deuxième enfant. Ils arrivent en pleine nuit, elle a rompue la poche des eaux et commence légèrement à avoir des contractions régulières. C'est le tout début du travail. Les contractions se rapprochent et deviennent de plus en plus intenses.

 

Elle a une péridurale et profite de quelques instants de sommeil avant ce que Monsieur appelle « la phase finale ». Depuis leur arrivée, celui-ci a du mal à ouvrir l’œil, il est recroquevillé sur le fauteuil la tête dans ses genoux.

Quand l'accouchement va bientôt commencer, la femme le réveille pour le prévenir.

« Ah non mais je ne dormais pas ! »

 

Et avant que je ne sorte de la pièce, il s'asperge le visage d'eau froide en répétant « Allez allez allez, c'est parti ! Allez, c'est là où je sers à quelque chose ! C'est parti, prépare-toi chérie, j'espère que t'es bien réveillée ! »

La femme me regarde, hausse les épaules et me dit « Hé ben, on ne dirait pas que ça fait 30 secondes qu'il est debout ! »

En installant la patiente pour l'accouchement, il va d'un coté puis de l'autre de la pièce, prend son brumisateur puis le repose. Prend son portable puis le remet dans le sac. Prend son appareil photo puis se retourne en marmonnant qu'il prendra des photos après. Il se tourne et se retourne vers sa femme en lui caressant la joue. Il boit un petit peu d'eau, refait le tour du lit, fait tourner le tabouret puis le met le plus haut possible. Il ré-attache sa blouse verte puis finalement desserre le cordon autour de sa taille. Il tient la main de sa femme puis retourne au robinet se laver les mains. Il s'installe devant le monitoring puis s'excuse d'être devant l'écran. Il est 5h30 du matin, ça me donne le tournis.

La mère pousse très bien, leur bébé avance rapidement. A la sortie de la tête, le cordon est très serré autour du cou, je dis au monsieur que je suis obligée de le couper. « Oh mais faites ce qu'il faut ! Je, je , je... De toute façon j'avais pas envie de couper ce truc ! Chérie, chérie regarde, bébé est lààààà ! »

Je pose le bébé sur le ventre de la mère, qui crie immédiatement. Le père met ses mains derrière sa tête et crie « OH MAIS C'EST INCROYABLE ! OH MON DIEU TU ES LA ! CHERIE REGARDE, IL EST LA ! NOTRE BEBE EST LA ! »

Bébé est calme, il regarde tranquillement sur le coté. Les parents versent leurs larmes, s'embrassent et embrassent leur nouveau-né.

 

Monsieur me regarde et me dit « J'ai eu peur vous savez. »